février 2008

Archive mensuelle

CHANSON DE LA BRETAGNE

Créé par le 23 fév 2008 | Dans : Anatole Le Braz, Poèmes

femmelaplage.jpg  

Un soir que vous rêviez assise au bord des grèves

Vint s’étendre à vos pieds un harpeur de Quimper

Les rêves qu’il chantait ressemblaient à vos rêves

Comme le bruit des pins aux rumeurs de la mer.

*

Il disait la beauté de la terre océane,

Son sortilège lent, délicat et secret

Et c’était votre charme, ô soeur de Viviane,

Qu’en chantant son pays le harpeur célébrait.

*

Anatole LE BRAZ

***

Anatole LE BRAZ ( 1859 – 1926 ), écrivain et poète breton, né dans les Côtes d’Armor fut le chantre de la Bretagne.

***

LA MUSIQUE

Créé par le 21 fév 2008 | Dans : Charles BAUDELAIRE, Poèmes

lamusique.jpg

La musique souvent me prend comme une mer !

Vers ma pâle étoile,

Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,

Je mets à la voile ;

.

La poitrine en avant et les poumons gonflés

Comme de la toile,

J’escalade le dos des flots amoncelés

Que la nuit me voile ;

.

Je sens vibrer en moi toutes les passions

D’un vaisseau qui souffre ;

Le bon vent, la tempête et ses convulsions

.

Sur l’immense gouffre

Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir

De mon désespoir !

.

Charles BAUDELAIRE

=====

Charles BAUDELAIRE ( 1821 – 1867 ) grand poète du déchirement et du spleen. Lors de la première parution de son recueil de poèmes   » Les Fleurs du Mal  » en 1857 il fut contraint de retirer six poèmes considérés inconvenants à l’époque…Qu’en serait-il aujourd’hui ?

=====

LE SILENCE ET L’ESPOIR

Créé par le 20 fév 2008 | Dans : Jean Bouhier, Poèmes

lesilenceetlespoir.jpg

Quel oiseau quelle déchirure des nuages

quel rayon de soleil quelle bourrasque

pourrait esquiver le visage de l’amie.

Le rêve voudrait abolir les distances

mais le temps dicte les nuits et les jours.

Parfois devine-t-on sur la mer des profils de montagnes

dont les reflets se recouvrent d’écume.

Est-il vrai que l’espoir se nourrit de silence et d’images ?

.

Jean BOUHIER

=====

Jean BOUHIER  ( 1912 - 1999 ) publia de nombreux recueils de poèmes. Il fut le fondateur de l’Ecole de Rochefort en 1941, école poétique qui se constitua autour d’un groupe de jeunes poètes originaires des provinces de l’ouest.

=====

 

DOUCE PLAGE

Créé par le 17 fév 2008 | Dans : Jean-Paul Toulet, Poèmes

douceplage.jpg

Douce plage où naquit mon âme ;

Et toi savane en fleurs

Que l’Océan trempe de pleurs

Et le soleil de flamme :

Douce aux ramiers, douce aux amants,

Toi de qui la ramure

Nous charmait d’ombre, et de murmure,

Et de recoulements ;

Où j’écoute frémir encore

Un aveu tendre et fier -

Tandis qu’au loin riait la mer

Sur le corail sonore.

Paul-Jean TOULET

( Contrerimes, XLVI )

LE SOLEIL, TON VISAGE ET LA MER

Créé par le 14 fév 2008 | Dans : Henri Salvador, Poèmes

lesoleitonvisageetlamer.jpg

Le soleil, ton visage et la mer

Ont chassé pour toujours mes hivers

Sur le sable de la plage

Ton visage faît pâlir la lumière

.

Le soleil, je le vois dans tes yeux

Et la mer sent bon dans tes cheveux

Sur le sable tu te dores, je t’adore

Et tout est merveilleux

.

Mais le soleil vient jouer sur ton corps

La mer te prend au creux de ses bras

Alors j’attends l’heure où tout s’endort

Pour que tu sois enfin toute à moi

.

Quand la mer se retire à minuit,

Le soleil, lui aussi s’est enfui

Pour que reste sur la plage

Ton visage, et nos corps et la nuit

.

                    Henri SALVADOR

L’ÂME EN FLEUR poème de Victor HUGO

Créé par le 11 fév 2008 | Dans : Poèmes, Victor Hugo

L'ÂME EN FLEUR

                            

 Les femmes sont sur la terre

Pour tout idéaliser ;

L’univers est un mystère

Que commente leur baiser.

.

C’est l’amour qui pour ceinture,

A l’onde et  le firmament,

Et dont toute la nature,

N’est, au fond, que l’ornement.

.

Tout ce qui brille, offre à l’âme

Son parfum ou sa couleur ;

Si dieu n’avait fait la femme,

Il n’aurait pas fait la fleur.

.

A quoi bon vos étincelles,

Bleus saphirs, sans les yeux doux ?

Les diamants, sans les belles,

Ne sont plus que des cailloux ;

.

Et, dans les charmilles vertes,

Les roses dorment debout,

Et sont des bouches ouvertes

Pour ne rien dire du tout.

.

Tout objet qui charme ou rêve

Tient des femmes sa clarté ;

La perle blanche, sans Eve,

Sans toi, ma fière beauté,

.

Ressemblant, tout enlaidie,

A mon amour qui te fuit,

N’est plus que la maladie

D’une bête dans la nuit.

                =======

Un très beau poème de Victor Hugo parmi tant d’autres….

 

                                      

poesymymy |
La joie de vivre c'est le b... |
L'ATELIER-CAFE de Flor... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | helene290474
| Atatürk Aramızda
| Cours 700 Introduction aux ...